icone-titres-corderie-plantive-cmjn_page-0001.jpg

 HISTOIRE DE LA CORDERIE 

forme longue_edited.png

Inaugurée en 1900, cette corderie machecoulaise a connu trois générations de cordiers de Jean Galard le fondateur à Louis Plantive, le dernier cordier.

Trois générations de cordiers

Elle est construite à la fin du XIXe siècle par Jean Galard qui fabriquait auparavant des cordes sur le Champ de Foire. À sa mort, sa fille a géré la corderie seule. Enfin, la corderie a été reprise dans les années 1930 par Louis Plantive, petit-fils du premier cordier. Envoyé en apprentissage à 14 ans à Rezé près de Nantes, il n'a pas vraiment choisi son métier. Néanmoins, celui-ci est devenu une véritable passion puisqu'il fabriquera des cordes jusqu'à sa disparition en 1996.
Louis Plantive a travaillé seul dans la corderie. Il possédait une boutique située au Champ de Foire de Machecoul. Sa femme Bernadette l'a secondé dans la vente de sa production. Durant plus de 50 ans,
la corderie s’est agrandie et développée mais est toujours restée artisanale.  Cependant, les matières premières utilisées pour la fabrication des cordes ont évolué au fil des années : dans les années 1930,

dans les années 1930, les cordes étaient exclusivement fabriquées en chanvre des bords de Loire, en provenance de la région d’Angers. Puis, Louis Plantive a utilisé le sisal qui était importé de la province du Yucatan au Mexique par la filature industrielle Bessonneau à Angers.
De nouvelles matières étant apparues, Louis Plantive a aussi utilisé de nouvelles fibres ayant l’avantage d’être imputrescibles : le nylon, le polyéthylène et le polypropylène.
Louis Plantive fabriquait des cordes majoritairement destinées à l’agriculture, Machecoul étant situé en zone rurale. Il a également diversifié son activité dans les années 1960 avec la fabrication d’articles de gymnastique : anneaux, cordes lisses et à nœuds, balançoires, et trapèzes.