icone-titres-corderie-plantive-cmjn_page-0001.jpg
forme longue_edited.png

LE MÉTIER DE CORDIER 

Le cordier est l’artisan qui fabrique et vend tout types de ficelles et de cordes. Ce métier a traversé les siècles et s’apprend de diverses manières.

L’Encyclopédie de Diderot et d’Alembert de 1751 définit le métier comme celui d’un « artisan qui a le droit de fabriquer & vendre des cordes & cordages de chanvre, d’écorce de tilleul, de lin, de crin, etc. en qualité de membre de la communauté de ce nom. Les statuts de cette communauté sont datés de 1394 ». Le métier a peu changé aujourd’hui ! Si certains cordiers étaient Compagnon du devoir d’autres héritaient d’un savoir-faire familial. Au XXe siècle, la chambre syndicale générale de la corderie, la fédération internationale de la corderie, de même que la revue La corderie française éditée à partir de 1950, regroupent et informent les professionnels, artisans et industriels du secteur sur les innovations, le cours des matières premières.
Ce métier de cordier s'effectuait en deux temps, une production intense à la saison estivale et en basse saison les tâches les plus minutieuses étaient réalisées à l’abri des intempéries. 

La fabrication de cordes en fibres naturelles demandait une main d’œuvre variée, le cordier n’était pas celui qui cultivait le chanvre, ni celui qui préparait la matière première, il la commandait auprès d’agriculteurs spécialisés. Pour tresser les cordes, l’artisan doit réaliser plusieurs étapes précises. Au fil du temps les techniques se sont modernisées, les machines se sont perfectionnées, le câblage et le tressage des cordes sont mécanisés et les fibres sont synthétiques. La demande étant variée, ce sont des cordes et ficelles différentes qui étaient produites à la corderie : cordes à vache, licols, liens de blé, cordes de vêlage ...  Les cordiers comme les Galard-Plantive travaillaient beaucoup pour les agriculteurs. Louis Plantive réalisait aussi pour des particuliers des balançoires, cordes à nœuds et autres cordes de loisir.

forme longue_edited.png

Voici quelques exemples du vocabulaire spécifique du métier de cordier :​

  • Carder : Travailler les fibres textiles afin de les démêler à l'aide de cardes ou de sérans.

  • Commettre : Mettre ensemble, réunir par torsion les éléments qui composent un cordage. 

  • Filage  : Opération par laquelle on transforme en fil des fibres textiles.

  • Fil de caret : Premier fil créé à partir de la filasse passée dans un rouet par des fileurs. 

  • Ourdissage : Opération qui consiste à étendre les fils qui servent à commettre (tresser) les cordes. 

  • Toronner : Les fils de caret sont doublés et entortillés dans un premier sens afin d’obtenir des torons. Les torons lors du commettage (tressage) sont entortillés une seconde fois dans le sens inverse pour former une corde.

  • Épissures : Tressages de finitions de la corde.